Sortie du 11 juin 2017 en Baie de Somme.

Le dimanche 11 juin 2017, la FFMC 76 organisait une sortie en Baie de Somme.

Après avoir traversé le Pays de Caux et une partie du Pays de Bray par les petites routes de campagne, franchi la partie sud de la vallée par les « toutes petites routes de la baie de Somme », nous sommes arrivés au Hourdel, où nous avons déjeuné.

Cet petit village dépend administrativement de Saint Valérie sur Somme, et il présente un vif intérêt, autant pour les dunes qui l’entourent, que pour sont port de pêche qui l’anime.

Assis sur les galets face à la mer et au chenal qui permet aux bateaux de rallier le port depuis la mer et inversement, nous avons piqueniqué sous un beau soleil en contemplant cette magnifique baie, lieu de conservation de multiples races d’animaux, qui vont des oiseaux marins aux phoques habitués à ces côtes où ils sont protégés.

Après le déjeuné, nous nous sommes rendus à Noyelles sur mer, au cimetière Chinois, curieux endroit improbable mais bien réel. La lecture des panneaux retraçant l’histoire de ces gens venus de si loin, pour remplacer le manque de main d’œuvre induit par la grande guerre, nous permis d’entrevoir un aspect de ce premier conflit mondiale, fort peu connu.

Route ensuite sur Le Crotoy, pour une visite de ce vieux port de pêche, devenu avec les congés payés de 1936, une des destinations favorites des travailleurs de la région parisienne. Cette petite ville est désormais devenue une station balnéaire très prisée d’une population toujours plus variée.

Un passage par Saint Valérie sur Somme, permit de visiter (ou revisiter pour certains), la ville la plus importante de la baie.

Le retour s’effectua alors vers nos habitations respectives. Cette journée, qui fût appréciée de tous, réuni une quinzaine de personnes et une douzaine de motos.

Une promenade de printemps (un peu tardive cette fois), qui sera a renouveler l’année prochaine, vers une autre destination bien évidement.

Merci à tous ceux qui ont contribué à la bonne réussite de cette balade.

Jacques DECAUX.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *