La prise en compte des 2RM dans la mise en place des infrastructures routières…

Un cheval de bataille de la FFMC aussi vieux que la Fédé elle-même !

 

C’est sur ce thème qu’existe, depuis de nombreuses années, l’opération baptisée « Motard d’un jour ».

Son but ? Faire découvrir à des élus, des techniciens, des personnes ayant en charge la gestion de la voirie et des infrastructures la composant, les spécificités de la pratique du 2RM, et notamment l’importance de tous les paramètres impactant l’adhérence, la visibilité et les obstacles agressifs potentiels en cas de chute.

En partenariat avec les services de la préfecture, les invitations furent adressées début aout.

destinataires : les député(e)s, Mme la Préfète de Seine-Maritime, Mr le Procureur de la République de Rouen, Mr le Directeur de la commission de sécurité routière du Conseil Départemental, les maires de l’agglomération rouennaise et la mairie du Havre (soit individuellement, soit par le biais de l’antenne départementale de l’association des maires de France), les services de la DIRNO, du CEREMA, dela DDTM, de Rouen Métropole et de la CODAH (le Havre Métropole), ainsi que les services de Police Nationale et de Gendarmerie.

 

Au final, le mardi 10 octobre 2017, ce sont deux élus de Grand-Quevilly, deux personnes des services départementaux (DIRNO / DDTM), une des services de la Métropole de Rouen et un commissaire qui ont répondu à l’appel et retrouvé les onze motards volontaires au pied de la cité administrative sur les quais rive gauche de Rouen.

 

Egalement présents au départ, les médias locaux, représentés par un journaliste de Paris-Normandie et un de Tendance-Ouest.

Mr Jean-Marc Magda, directeur de cabinet de Madame la Préfète de Seine Maritime, a pris un peu de temps, malgré l’actualité chargée (c’était jour de manifestation contre la loi travail dans les rues de Rouen), pour venir rappeler les mauvais chiffres recensés ces derniers mois en matière d’accidentologie routière pour les 2RM en Seine Maritime, ainsi que les efforts à fournir pour que chacun apporte sa contribution à l’amélioration de ces résultats, tant par une pratique respectueuse que par l’amélioration des infrastructures.

Ce fut l’occasion d’échanges ou de réflexions à propos des efforts à fournir, tant par les usagers que par les concepteurs de voirie.

Puis, un PPS des problématiques locales rencontrées le plus couramment, fut projeté aux participants, avec des photos prises sur des sites de proximité, afin de leur expliciter les solutions aisément envisageables pour s’en affranchir.

Après de nombreuses interventions ou échanges, tout le monde prit le chemin du parking, afin de gagner les motos chargées du convoyage.

Il y avait onze motos au départ, certaines menées par des copains de l’ANEC ou de l’AMDF.

Les participants, novices ou confirmés, enfilèrent blousons, casques et gants, l’opération nécessitant pour les moins habitués, quelques tâtonnements bien compréhensibles.

Sous les yeux d’Eric Royer de la DDTM, relais sur le terrain de la préfecture et qui nous aida dans la logistique de l’évènement, et de la nouvelle Madame Moto du 76, qui prendra ses fonctions en janvier 2018, les motos prirent la route.

Au programme, 28 km de roulage urbain et péri-urbain essentiellement, via le plateau EST (bd de l’europe, pont Mathilde, mont gargan, saint léger du bourg denis, saint aubin epinay, franqueville, mesnil esnard, amfreville la mivoie, re-pont Mathilde avec les rails non doublés de la bretelle à saint paul, quai jean moulin).

Le roulage prit 1h10 au total, de 10h45 à 11h55, avec une pause en face de la mairie de Franqueville St Pierre).

Là, les participants purent échanger à chaud, et confronter leur ressenti par rapport à l’expérience toute nouvelle que certains venaient de vivre.

 

Entre motards expérimentés et techniciens et élus qui découvraient là la pratique du 2RM, ce fut un debriefing  sur le terrain des plus intéressants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le constat est identique à celui fait les années précédentes : les participants ont plébiscité cet évènement, tant pour ce qu’ils ont pu en découvrir sur le terrain, que par les échanges avec les pratiquants qui en ont découlé.

Leur perception des spécificités du roulage en 2RM ainsi que de la dangerosité potentielle de certaines infrastructures a changé, et ils ont fait la demande de récupérer le PPS de support de présentation de l’évènement, afin de déterminer plus aisément les évolutions positives à entreprendre lors de leurs choix futurs en matière d’aménagements de voirie et d’infrastructures routières.

 

Les élus présents de la municipalité de Grand Quevilly, ont fini par reconnaître que certains de leurs aménagements n’étaient peut être pas aussi parfaits qu’ils l’envisageaient initialement.

ils ont promis de mieux prendre en compte les 2RM dans leurs aménagements futurs.

Pour rappel, pour tout signalement d’une infrastructure dangereuse, inadaptée ou défectueuse dans le périmètre de la métropole, une seule adresse : Allo Métropole !

http://www.metropole-rouen-normandie.fr/ma-metropole

RV est d’ores et déjà pris pour les beaux jours de 2018 afin de renouveler cette opération à une saison plus favorable pour le parcours en deux roues (impossible cette année en raison des diverses élections qui se sont succédées).

 

Merci encore aux élus, techniciens, représentants des services concernés, et aux motards bénévoles pour leur présence en cette occasion.

C’est grâce à eux que le partage de la route prend un peu plus sa signification dans le quotidien des pratiquants de deux roues.

 

Arno pour le bureau

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *