Week-end Fédéral du 28 et 29 août 2021 dans le Pas de Calais

Vendredi 27 août, 20h45:bulletin météo d’une grande chaîne publique (qui nous donne tant pour une si petite redevance!) : averses sur le nord de la France, seule une petite bande côtière semble épargnée…

Samedi 28 août, trop tôt : je sors la moto du garage sous un rayon de soleil, mais dès le bas de la côte de Canteleu, ça se gâte et je dois m’arrêter pour mettre les vêtements de pluie…

Je rejoins Victor et Jacques sous le pont de Brotonne.

Nous partîmes à trois et par un prompt renfort nous nous vîmes dix en arrivant au port (de Dieppe!). « Bonjour ! Ça va ? » café, croissants,papotages. Devant les regards insistants de Jacques vers sa montre, nous comprenons qu’il est temps d’y aller !

Sous la houlette de notre barde préféré, nous prenons la direction de Berck, via le tréport et la baie de Somme. Je ferme la marche et assure la sécurité du groupe. Tout le long du week-end, je resterai perplexe devant l’attitude des « caisseux » excités qui tentent de forcer le passage pour doubler le groupe et d’autres (les plus nombreux!) qui s’arrêtent sur les rond-points pour ne pas couper le groupe ou nous font des petits gestes amicaux…

En quittant la Somme et en entrant dans le Pas de Calais, le soleil et la chaleur nous accueillent ! Nous en profitons pour faire une pause (pipi pour les prostatiques) et retirer nos couches étanches (là, je parle des vêtements de pluie!)

Nous arrivons à Berck pour l’heure de l’apéro, mais déception : Manu et Brijou sont repartis en toute hâte en apprenant notre venue ! Jacques apprend d’une source autorisée qu’ils sont rentrés à Paris pour abroger le décret du contrôle technique…bonne nouvelle !

Nous continuons vers Boulogne où nous déjeunons sur les hauteurs, à l’écart de la ville. La friterie à Dédé est là pour ceux qui n’ont pas de pique-nique. Françoise offre à chacun une part d’un excellent cake maison très diététique (beaucoup de fruits secs, peu de sucre et pas de matières grasses!).

Prochaine étape : le cap Gris-nez puis le cap Blanc-nez. Le ciel est bien dégagé et nous pouvons apercevoir les falaises blanches de Douvres. Si la pluie nous épargnera tout ce week-end, il n’en sera pas de même du vent qui soufflera fort.

Nous contournons Calais pour rejoindre Dunkerque via un tronçon d’autoroute éprouvant pour les cervicales avec ce vent ! Nous arrivons à notre hôtel vers 18h, investissons nos chambres pour repartir vers le restaurant « le bistrot de la plage » où nous arrivons pile poil à l’heure !

Le repas vient recharger en énergie nos organismes fatigués et quand arrive la carte des desserts foin de basses calories et de diététique !

Le restaurant se remplit de plus en plus et nos conversations se limitent à nos voisins les plus proches à cause du bruit…moi je suis dans la section musicale avec Josiane, Bernard et Pascal. Nous parlons des groupes musicaux de notre jeunesse, de moto…et comment pour un peu nous aurions pu refaire le monde ! Vers 22h, retour vers l’hôtel pour un sommeil réparateur.

Dimanche, 9h du matin. C’est tôt mais le petit déjeuner copieux vient ragaillardir la petite troupe qui prend la direction de St Omer où nous déambulons dans les rues pour visiter et trouver une boulangerie ouverte pour acheter le repas du midi. Je ne me rappelais pas que la ville était si belle, en partie épargnée par les deux conflits mondiaux. La gentillesse des gens du nord nous permet de trouver ce que nous cherchions. La boulangère se coupe les baguettes en deux pour nous faire des bons casse-dalles ! Pour le dessert, Jacques nous sort sa botte secrète, à savoir le gâteau confectionné par Valérie !

Nous avions décidé de rester ensemble le plus loin possible contrairement au plan d’origine où nous devions nous séparer à Abeville. Nous prenons la direction de la baie de Somme que nous avions contourné à l’aller pour aller pique-niquer au Hourdel via Hesdin. Déjeuner un peu frisquet avec le vent froid et le soleil qui joue à cache cache. Françoise est déçue, le stand du glacier est fermé…pas de glace à l’italienne du week-end, nous frôlons la crise de manque !

L’excellent gâteau de Valérie vient à point nommé pour nous régaler et nous sucrer le bec !

Nous reprenons notre périple pour faire une pause café à Ault, puis retour vers Dieppe.

Victor, Jacques et moi continuons via la vallée de la Scie pour nous quitter à Muchedent.

De nouveau seul, je me dis que Jacques n’est pas que barde mais aussi druide, avec sa barbe et ses cheveux blancs et qu’il nous a concocté là une jolie potion magique à base d’amitié et de beaux paysages, l’essence même du bonheur motard !

Bises virtuelles à Françoise, Josiane, Henriette, Bernard, les deux Pascal, Victor, Yves et bien sûr Jacques sans qui tout cela ne se serait pas goupillé ! On repart quand ?

 Jean -Phi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.